Gilbert Mottard (1926-2011)

Gilbert Mottard (1926-2011)

Gilbert Mottard est né le 10 octobre 1926 à Hollogne-aux-Pierres, jour des élections communales. Son grand-père maternel, Jean Dohen, membre fondateur de la Ligue ouvrière socialiste de Hollogne-aux-Pierres, figure d’ailleurs sur les listes électorales cette année-là.

Après ses humanités à l’Athénée Royal de Seraing, il obtient son diplôme d’auxiliaire social de l’Institut d’Etudes sociales de la Province de Liège. Ses professeurs s’appellent Edmond Leburton, André Renard, Léon-Eli Troclet, Jacques Yerna.

A 21 ans, nourri par ses grands penseurs, il s’affilie à la FGTB et s’implique de plus en plus dans la vie politique de sa commune d’Hollogne-aux-Pierres pour devenir à 26 ans le plus jeune bourgmestre de Belgique. Gilbert Mottard se plaisait à dire qu’il était venu à la politique par hasard mais avec toutefois beaucoup de persévérance.

Militant wallon, il devient en même temps vice-président du Mouvement populaire wallon de sa commune puis président du bureau d’arrondissement de Liège du MPW.

Il mène également de front une carrière d’auxiliaire social en chef à l’Administration de la Ville de Liège (1949 à 1971) et une carrière syndicale active au sein de la CGSP (Centrale générale des Services publics), militant qu’il est de l’Action commune Socialiste.

En 1968, il est élu député de l’arrondissement de Liège à la Chambre des représentants et participe ainsi à la grande réforme institutionnelle de 1970 qui donne naissance au régime des communautés linguistiques et ouvre ainsi la voie à la un Etat fédéral.

En 1971, il contribue à la fusion de sa commune d’Hollogne-aux-Pierres avec la commune de Grâce-Berleur et parvient à conserver son poste de bourgmestre à la tête de la nouvelle commune de Grâce-Hollogne dont il devient donc le premier bourgmestre. Gilbert Mottard a toujours été fort attaché à sa commune, considérant volontiers sa fonction de bourgmestre comme la plus difficile mais surtout la plus honorable.

Après 19 années ininterrompues, il quitte sa fonction de bourgmestre en septembre 1971 pour le poste de Gouverneur de la Province de Liège grâce au soutien de son grand ami André Cools qu’il aime à décrire comme son « frère en politique ».

18 ans plus tard, en 1990, il intègre le gouvernement fédéral en tant que Ministre des Pensions en remplacement d’Alain Van der Biest parti à la Région. Il ne le restera que 22 mois en raison de la chute du gouvernement Martens IX, mis en place en 1991, sur fonds de cristallisations communautaires.

En 1993, à 70 ans, celui qui fut également président de l’ALE (Association liégeoise d’Electricité) pendant plus de 15 ans mais aussi du Crédit Communal (aujourd’hui Dexia), , de la SPI (Société provinciale d’Industrialisation), de l’Association intercommunale pour le Circuit de Spa-Francorchamps et a été administrateur de la SMAP (aujourd’hui Ethias) et du Port autonome de Liège, décide de se retirer de la vie politique. Depuis 1995, ce n’est pas sans fierté que son fils Maurice Mottard a repris notamment le flambeau de son père à la tête de la commune de Grâce-Hollogne.

C’est donc un grand homme qui nous quitte aujourd’hui ! Cet homme a marqué de son empreinte la vie politique liégeoise. Ses livres 50 ans de vie politique à Liège et ailleurs, suivi de Ministre en fin, témoignent si besoin est de cette vie politique intense au service des administrés de sa commune, de son Parti et de tous les citoyens. Que son exemple nous guide dans les combats vers plus de justice sociale et plus de solidarité, ces combats qui ont été les siens et qui sont toujours les nôtres aujourd’hui !

Guillaume Rimbaud (ALPHAS) – Février 2011

Sources :

  • Emeline Volont, Inventaire partiel du fonds d’archives personnelles de Gilbert Mottard conservé à l’Institut Liégeois d’Histoire Sociale, travail de fin d’étude de bibliothécaire à la Haute-Ecole de la Province de Liège Léon-Eli Troclet, Liège, 2001
  • Dossiers biographiques d’ALPHAS
  • Gilbert Mottard, Je n’étais pas fait pour cela : 50 ans de vie politique à Liège et ailleurs, éd. Racine, Bruxelles, 1997
  • Gilbert Mottard, Ministre en fin, éd. Du Perron, Alleur, 1993
  • Encyclopédie en ligne wikipédia
Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + 18 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.